You are here: Home LA LEGGE DI MAAT

LA LEGGE DI MAAT

Envoyer Imprimer PDF

 

LES 42 COMMANDEMENTS DE DIEU DE LA VALLÉE DU NIL

TEXTES SACRÉS

LES 42 COMMANDEMENTS

- 1 : O Celui qui marche à grande enjambées, originaire d’Héliopolis, je n’ai pas commis l’iniquité.

Variante 1 : Je n’ai pas été mauvais. Variante 2 : Je n’ai pas commis d’actions perverses.

- 2 : O Celui qui étreint la flamme, originaire de Kherâha, je n’ai pas brigandé.

Variante 1 : Je n’ai pas spolié. Variante 2 : Je n’ai pas agi avec violence.

- 3 : O Nasique, originaire d’Hermopolis, je n’ai pas été cupide.

Variante : Mon cœur déteste la brutalité.

- 4 : O Avaleur d’ombres, originaire de la Caverne, je n’ai pas dérobé.

Variante : Je n’ai pas volé.

- 5 : O le Terrible de visage, originaire de Ro-Setaou, je n’ai tué personne.

Variante : Je n’ai pas tué mes semblables.

- 6 : O Routy, originaire du ciel, je n’ai pas diminué le boisseau (de blé).

- 7 : O Celui dont les yeux sont de flammes, originaire de Létopolis, je n’ai pas commis de forfaiture.

Variante : Je n’ai pas fraudé.

- 8 : O l’Incandescent, originaire de Khetkhet, je n’ai pas volé les biens d’un dieu.

- 9 : O Briseur d’os, originaire d’Heracléopolis, je n’ai pas dit de mensonges.

- 10 : O Celui qui active la flamme, originaire de Memphis, je n’ai pas dérobé de nourriture (à mes semblables).

- 11 : O le Troglodyte, originaire d’Occident, je n’ai pas été de mauvaise humeur.

- 12 : O Celui aux dents blanches, originaire du Fayoum, je n’ai rien transgressé.

Variante 1 : Je n’ai jamais été agressif. Variante 2 : je n’ai pas transgressé la loi universelle.

- 13 : O Celui qui se nourrit de sang, originaire de la Place d’abattage, je n’ai pas tué d’animal sacré.

Variante : Les animaux des Temples, je ne les ai pas tués.

- 14 : O Avaleur d’entrailles, originaire de la Place des Trente, je n’ai pas fait d’accaparement de grains.

Variante : Je n’ai pas moissonné dans les champs (illégalement).

- 15 : O Maître d’équité (Seigneur de l’Ordre Universel), originaire de Maâty (la Salle de Vérité-Justice), je n’ai pas volé de rations de pain.

Variante : Je n’ai jamais accaparé les champs de culture.

- 16 : O l’Errant, originaire de Bubastis, je n’ai pas espionné.

Variante : Je n’ai pas écouté aux portes.

- 17 : O le Pâle, originaire d’Héliopolis, je n’ai pas été bavard.

- 18 : O le Vilain, originaire d’Andjty, je ne me suis disputé que pour mes propres affaires.

- 19 : O Ouamemty, originaire de la Place de jugement, je n’ai pas eu commerce avec femme mariée.

Variante : Je n’ai jamais commis d’adultère.

- 20 : O Celui qui regarde ce qu’il apporte, originaire du Temple de Min, je n’ai pas forniqué.

Variante : Je ne me suis pas masturbé.

- 21 : O Chef des Grands, originaire d’Imaou, je n’ai pas inspiré de crainte.

Variante : Je n’ai pas terrorisé.

- 22 : O le Renverseur, originaire de Houy, je n’ai rien transgressé.

Variante : Je n’ai jamais violé l’ordonnance du temps.

- 23 : O le Causeur de troubles (Brillant crieur ; Esprit), originaire de Lieu saint, je ne me suis pas emporté en paroles.

Variante 1 : Je n’ai jamais cédé à la colère. Variante 2 : Je ne me suis pas enflammé.

- 24 : O l’Enfant, originaire d’Héqa-âdj, je n’ai pas été sourd aux paroles de vérité.

Variante : Je ne fus jamais sourd aux paroles de la Justice.

- 25 : O Celui qui annonce la décision, originaire d’Ounsy, je n’ai pas été insolent.

Variante : Je n’ai jamais soulevé de querelles.

- 26 : O toi, Esprit Basti, qui parais dans les Mystères ! Je n’ai jamais fait verser de larmes à mes semblables.

- 27 : O Celui dont le visage est derrière lui, originaire de la Tombe, je n’ai pas été dépravé, ni pédéraste.

Variante : Je n’ai jamais péché contre la nature avec les hommes.

- 28 : O le Brûlant de jambe (Esprit à jambe enveloppée de feu), originaire des régions crépusculaires, je n’ai pas été faux.

Variante : Je n’ai jamais péché par impatience.

- 29 : O le Ténébreux, originaire de ténèbres, je n’ai pas insulté.

Variante : Je n’ai jamais injurié personne.

- 30 : O Celui qui apporte son offrande, originaire de Saïs, je n’ai pas été brutal.

Variante : Je n’ai jamais été querelleur.

- 31 : O le Possesseur de plusieurs visages, originaire de Nedjefet, je n’ai pas été étourdi.

Variante 1 : Je n’ai pas fait de jugements hâtifs. Variante 2 : Je n’ai pas agi avec précipitation.

- 32 : O l’Accusateur, originaire d’Outjenet, je n’ai pas transgressé ma condition (au point de) m’emporter contre Dieu.

Variante : Je n’ai jamais manqué de respect aux dieux.

- 33 : O l’encorné (Esprit orné de cornes), originaire d’Assiout, je n’ai pas été bavard.

- 34 : O Nefertoum, originaire de Memphis, je suis sans péchés, je n’ai pas fait de mal.

Variante : Je n’ai jamais fraudé ni agi avec méchanceté.

- 35 : O Tem-sep, originaire de Busiris (Djédou), je n’ai pas insulté le Roi.

Variante 1 : Je n’ai pas usé de charmes contre le Roi. Variante 2 : Je n’ai pas maudit le Roi

- 36 : O Celui qui agit selon son cœur, originaire de Tjebou, je ne suis pas allé dans l’eau (de quelqu’un).

Variante : Je n’ai pas pollué les eaux.

- 37 : O le Fluide, originaire du Noun, je n’ai pas été bruyant .

Variante : Mes paroles n’ont jamais été hautaines.

- 38 : O le Commandeur des hommes, originaire de Saïs, je n’ai pas blasphémé Dieu.

Variante : Je n’ai pas maudit Dieu.

- 39 : O Celui qui procure le bien (Osiris), originaire du Lac, je ne me suis pas donné de l’importance.

Variante : Je n’ai jamais été impertinent ni insolent.

- 40 : O Neheb-kaou, originaire de la Ville, je n’ai pas d’exception en ma faveur.

Variante 1 : Je ne me suis pas favorisé. Variante 2 : Je n’ai jamais intrigué pour me faire valoir.

- 41 : O Celui à la tête prestigieuse, originaire de la Tombe, je n’ai été riche que de mes biens.

Variante : Je ne me suis enrichi que d’une façon licite.

- 42 : O Esprit, originaire de la Nécropole, je n’ai pas calomnié Dieu dans ma ville.

Variante : Je n’ai jamais dédaigné le Dieu de ma Cité.

Les Égyptiens Anciens nous ont laissé les plus anciens écrits religieux et funéraires de l’Humanité. En effet, c’est dans les pyramides des pharaons des Ve et VIe dynasties que nous trouvons les textes sacrés les plus anciens de l’Histoire écrite de l’Humanité.

Ces « textes des pyramides », qui apparaissent comme les premiers écrits sacrés, précèdent ce que l’on appellera plus tard les « Textes des Sarcophages ». Par la suite, ces formulaires seront rassemblés sur des rouleaux de papyrus. Ils constitueront, ce que l’on a appelé abusivement le « Livre des Morts ». En réalité, le vrai titre du livre est : « Sortie vers la Lumière du Jour ». C’est au chapitre 125 que se trouve la célèbre « Confession négative », autrement appelée « déclaration d’innocence » ; ce que nous avons aussi appelé « Les 42 Commandements de Dieu ». La première traduction de « notre Livre » fut publiée en 1842 par l’Égyptologue allemand Richard Lepsius, sous le nom qui allait devenir officiel de « Livre des morts égyptien ». Les différentes versions de notre Livre étaient reproduites en écriture cursive sur papyrus (une abréviation des hiéroglyphes). Il existe plusieurs façons d’aborder la lecture de notre Livre : sous l’aspect rituel, sous l’aspect évocateur ou sous l’aspect symbolique. Le sens profond de la synthèse religieuse égyptienne et du mystère de la transmutation spirituelle n’était pas accessible à tous les fidèles.

Rappelons que la grandeur de Kémèt (Égypte antique) tient à ce qu’elle éclaira de ses lumières non seulement les hommes de son époque, mais toutes les civilisations qui furent à son contact. Par exemple, les grecs célèbres furent initiés dans les temples de Kémèt : Orphée, Homère, Thalès, Solon, Pythagore, Démocrite d’Abdère, Platon, Plutarque, Plotin et Jambilique ; etc.

Parmi les peuples de l’Antiquité, aucun n’a manifesté pour le mystère de la mort un intérêt aussi grand que le peuple de la Vallée du Nil. Les Kamits (Nègres) prétendaient que notre Livre avait été inspiré, voire écrit, par Djéhouty (Dieu Thoth) lui-même. Tout lecteur de notre Livre doit l’aborder dans un sentiment de pieux respect car il ne s’agit de rien de moins que de ressusciter un mort !

Nous pouvons être étonné des propos tenus dans cette « Confession négative » par le Défunt qui nous apparaît comme étant un saint ! Il est alors important de savoir qu’au moment de cette confession, le Défunt s’est déjà présenté devant le tribunal d’Osiris. Son cœur a déjà été pesé et qu’il est définitivement justifié. C’est alors que peut commencer son initiation avec l’énoncé de la déclaration d’innocence. La « Confession négative » présuppose une absolution des péchés et un effacement des souillures. Le Chapitre 126 de notre Livre atteste la purification du Défunt. Les signes purificateurs de ce chapitre, dont les paroles dissipent les impuretés, sont le feu-lumière solaire purificateur. L’âme, par ses actions, devient Osiris. C’est après la purification donc le feu solaire que l’âme entre réellement dans Ro-Sétaou, le paradis solaire, l’Amenti divin ; et le chapitre 126 est un chapitre d’absolution des péchés après la « Confession négative » contenue au chapitre précédent (chapitre 125).

Premier enseignement  de THOT/DJEHUTY

Coeur à Coeur

Un homme ne peut changer le monde

mais il peut diffuserun message

qui peut changer le monde